Diaporama & Anecdote

Une agréable maison d'hotes près du Puy du Fou

Les "Petits clercs" de Saint-Louis

 La petite histoire qui concourt à la grande...

     Belle-Vue a été édifié par l'architecte emblématique vendéen du XIXe siècle, Joseph Libaudière, très prisé autant par l'aristocratie que par la bourgeoisie vendéenne. A cette époque, le clergé lui a fait réaliser également de très nombreux édifices religieux. 

     Cette propriété est restée dans son authenticité architecturale et son unicité, avec la maison d'une part, son parc - dont le potager avait une fonction très importante dans l'autonomie vendéenne, même aisée - les communs et les dépendances d’autre part, qui abritent aussi la chapelle extérieure. 

     Cette édifice relativement récent, à défaut de princesse emmurée et spectres avérés, entre autres anecdotes, a été marqué par la présence singulière des "Petits Clercs de Saint Louis". 
Cette organisation de jeunes adolescents était animée pendant de très nombreuses années, par l'abbé Jean Deraisin dernier chanoine de la chapelle royale “Saint Louis” à Dreux, nécropole de la Maison de France, où sont inhumés jusqu'à ce jour les membres de la famille royale Bourbon-Orléans.

     
Ce groupe de jeunesse avait maintenu l’uniforme et l'organisation du scoutisme classique, puis conservé le rite catholique traditionnel. Ce groupe des Petits Clercs de Saint Louis” représentait un projet de Monseigneur Henri d'Orléans, comte de Paris, et de son chanoine, afin de recréer l'Ordre des Chevaliers de Saint Louis, disparu depuis 1830. Initialement ordre royal et militaire, ce renouveau devait laisser place à des projets caritatifs et de bienfaisances. Mais avant d'être adoubés, ces jeunes Clercs étaient voués, par un style de pédagogie scoute, à Défendre et Servir particulièrement la Sainte Messe. 

     Ainsi, Belle-Vue a été aménagé en un site de formation et d’éducation avec chapelle, dortoirs, bibliothèque, salles de classe, gymnase, cellule,… 

     Avec l'effet du IIe concile œcuménique moderniste et la disparition du fondateur des Petits et Grands Clercs de Saint Louis, la propriété a été abandonnée. Ces Petits et Grands Clercs se seraient officiellement dispersés dans la société ; il serait impossible de les retrouver et ils sont tombés dans l'oubli…
Le projet d'Ordre et de Chevalerie n'aurait donc pas aboutis.


     Quelques traces de cette mystérieuse organisation demeurent encore. Comme ces documents, bannières, effets d'uniformes, indices architecturaux dans le parc et leur emblême qui portait "d'azur au trois fleurs de lys d'or", délaissés dans les greniers ou prêts à servir. (Aussi énigmatiques, qu’étaient ces vétérans bannis, “Croisés” d'une autre époque, qui se retrouvaient à Belle-Vue, évoquant leur folle jeunesse perdue dans les neiges du front de l'Est…)

     Si les Couleurs sont toujours levées, comme autrefois sur la propriété, par les soirs de grands vents du haut des chambres de “La Tour”, discernerez-vous peut-être ce que lançaient jadis ces “Petits Clercs de Saint Louis” : 
« Pour la France : ... Dieu nous garde ! »

24 votes. Moyenne 3.79 sur 5.